Archives pour la catégorie Actualités colocation

Les informations utiles en rapport avec la colocation

Nos idées pour faire une déco simple et pas chère pour une colocation

Etre en colocation n’est pas toujours évident si on veut absolument faire une décoration de notre intérieure. En effet, la cohabitation limite ce que nous voulons faire. La surface est divisée en deux, en trois voire en quatre parties et chacun occupe une espace bien définie. Le respect de l’espace d’autrui est primordial et cela est d’autant valable si l’on veut absolument faire une décoration. Toutefois cela est très faisable. Et inutile de se ruiner pour donner un nouveau style à votre intérieur surtout si vous êtes en colocation. Laissez-vous guidé par nos idées pour une déco simple et qui reviendra peu couteux pour votre précieux portefeuille.

Laissez-vous guidé par nos idées pour une déco simple et qui reviendra peu couteux pour votre précieux portefeuille. N’hésitez-pas à consulter un blog maison qui pourra vous donner des conseils supplémentaires sur la décoration

La récupération

Si vous ne voulez pas dépenser le moindre centime, la récupération reste une idée très en vogue même pour une colocation. C’est simple et c’est envisageable pour n’importe quel style. Et même si vous devez débourser de l’argent, cela revient à 20 fois moins chère que d’acheter quelque chose de neuf. Vous pouvez de ce fait récupérer une petite table, une chaise, une étagère pas chère et le décorer à votre gout en y ajoutant des motifs ou des palettes de couleurs adaptées à votre intérieur. Bonus : vous pouvez choisir des objets adaptés à la surface dont vous disposez.

Les petites plantes

Ces petites choses verdoyantes sont des « must » de la décoration et c’est valable aussi pour la colocation. Parfois une petite plante implantée dans un petit pot suffit à sublimer totalement votre intérieur. Et c’est une idée simple de décoration incontournable. Cela a plus d’effet si vous disposez d’un petit balcon de votre côté ou d’une grande fenêtre. Si vous disposez de plus d’espace, vous pouvez aussi choisir des plantes plus grandes. Il suffit d’en acheter et pour mieux économiser improviser un petit pot fait maison.

Des luminaires embellisseurs

Rien de mieux que des luminaires qui donne de la vivacité à votre intérieur. Ce qui est bien avec les luminaires c’est qu’ils ne sont pas trop rayonnants et sont tamisés. Si vous êtes en colocation et que votre chambre est séparée par une simple cloison de celle de votre colocataire, les luminaires seront votre atout. Ils ne brillent pas trop et peuvent occuper des coins divers. Mais le plus c’est que vous pouvez fabriquer votre propre luminaire avec seulement une ampoule et une matière qui pourra recouvrir cette dernière de façon à ce qu’elle émane une lumière tamisée.

Un lit original

Si on est bien accaparé par notre espace qui est souvent petite quand on est en colocation, on peut bien faire ce qu’on veut avec notre lit. C’est ce qui occupe le plus d’espace alors autant le rendre attrayant et le décorer. Et pour des résultats simples mais époustouflants, il suffit tout simplement de décorer la tête de votre lit. Pas besoin d’aller dans un magasin pour remplacer votre lit. Décorer tout simplement avec des jeux de couleurs et formes géométriques la tête de votre lit et le tour est joué.

Les rangements qui donnent de l’espace

Le rangement c’est ce qui donne le petit point en plus à une bonne décoration. Et oui, le rangement fait aussi partie de la décoration. Le but c’est de caser les choses en ordre tout en apportant de l’esthétique à votre petit cocon. Il faut que tout soit bien rangé pour que votre partie de cette maison soit agréable à regarder. C’est pour cette raison qu’il faut surtout privilégier les étagères à volets et les armoires fermées. A défaut, vous pouvez jouer un peu au bricoleur et assembler des planches pour que ces dernières soient superposées sur le mur. Vous pouvez y ranger pas mal de choses après.

Comment bien gérer sa colocation

sitting and wtching tv at home together

Crise du logement, loyers astronomiques ou simplement envie de vivre à la Friends pendant quelques temps, la colocation s’impose de plus en plus comme une solution pour les étudiants, les jeunes actifs… et les seniors. Partage des tâches et des frais, pièces plus grandes, soutien en cas de besoin, la colocation présente beaucoup d’avantages, à condition d’y mettre du sien et d’accepter certains compromis. Une colocation, ça s’organise. Afin que l’entente et la bonne humeur règnent au sein du logement partagé, il faut d’entrée établir certaines règles, une sorte de règlement intérieur garant du bon fonctionnement au sein du groupe. Voici quelques astuces pour bien gérer sa colocation au quotidien.

Colocation : les services qui simplifient la vie

Même avec la meilleure volonté du monde, la vie en colocation peut devenir chaotique : entre les questions d’argent, les factures à payer, les repas à préparer, l’organisation des courses et du ménages, sans compter les petits tracas du quotidien de colocataire (les cheveux qui trainent dans la baignoire, les flacons de gel douche qui se vident tout seuls, le four encrassé que personne ne nettoie…). Fort heureusement, Internet et sa magie sont là, et proposent des services et applications qui simplifient la gestion des colocations.

Souscritoo

Souscritoo est un service gratuit destiné aux particuliers qui déménagent, qui les soulagent de la partie administrative. Concrètement, il s’agit d’une plateforme de souscription multifournisseur d’où vous pouvez vous abonner à l’électricité, au gaz, à Internet ainsi qu’à un contrat d’assurance habitation, sur la base des caractéristiques de votre logement, afin d’obtenir les tarifs les plus intéressants. Finie la paperasse et les longues minutes (facturées) passées au téléphone ; vingt minutes suffisent avec Souscritoo pour que votre colocation soit éclairée, chauffée, connectée et assurée durablement.

Splitwise

Tenir ses comptes entre colocataires n’est pas une partie de plaisir, surtout si certain(e)s font preuve de mauvaise volonté. Splitwise est la meilleure façon de s’assurer que tout le monde paie la part qu’il doit. Cette application disponible sur votre smartphone, sur le web et même sur l’Apple Watch, est pratique pour tenir ses comptes entre colocataires ou en couple ou gérer son budget de dépenses lorsqu’on part en voyage ou en vacances en groupe, ou simplement de rappeler (gentiment) à votre coloc qu’il n’a pas payé sa part de loyer.

Pumpkin

Entre colocataires, il n’est pas rare d’avoir des petites dettes. Entre les sommes qui ne tombent pas justes, les RIB à entrer, les virements, les virements qui prennent des jours, les petites dettes deviennent des grandes. Dans les colocs comme dans la vie, l’argent est source de conflits. Jeune start-up, Pumpkin a développé une app mobile ultra sécurisée, conçue pour les 16-35 ans, qui permet d’envoyer et de recevoir de l’argent de manière simple et amusante depuis une smartphone. Les bons font les bons amis, surtout s’ils vivent sous le même toit.

La fabrique à menu

 

Pour faire la cuisine en colocation, il n’y a pas 36 solutions ; soit on cuisine chacun de son côté, soit on fait des repas communs. Mais entre les goûts, les régimes et les habitudes de chacun, difficile parfois de composer un repas qui plaise à tous. La fabrique à menu vous permet d’élaborer des menus variés et équilibrés sur plusieurs jours, et de les proposer à l’avance afin d’être sûr qu’ils conviennent à tout le monde. 2300 recettes sont ainsi proposées soit environ un million de combinaisons possibles. Les menus restent abordables avec un coût moyen de 6 € par jour et par personne, pratique pour les budgets un peu serrés.

Home Bubble Courses

Finie la liste des courses griffonnée à la main sur la porte du frigo et que personne ne songe à emporter avec soi au supermarché. Avec Home Bubble Courses, chaque colocataire peut partager et alimenter une liste virtuelle grâce à l’application. Une fois le produit acheté, vous pouvez le supprimer de la liste. Disponible gratuitement sur iPhone et Android.

Pour gérer les dépenses mensuelles (loyers, factures d’énergie, abonnement Internet, Netflix, assurance habitation) vous pouvez procéder de plusieurs façons : soit diviser le montant des factures en part égales en fonction du nombre de colocataires, soit désigner un payeur unique que tout le monde rembourse ensuite.

En règle générale, il vaut mieux opter pour la première solution, qui oblige l’ensemble des colocataires à prendre leurs responsabilités. En désignant un payeur, vous faites peser sur ses épaules une lourde responsabilité, et lui faites prendre des risques : il n’existe aucune procédure légale qui oblige les autres colocataires à le/la rembourser à partir du moment où les factures sont payées.

Pour les dépenses “accessoires” (Netflix, Spotify…) organisez-vous de façon à ce que chacun prenne sa part : les tarifs de l’abonnement à ce type de service tournent autour du même montant (entre 10 et 15€ par mois).

 

 

 

 

Colocation et vie étudiante, quand la sous-location aide vos projets

Quand chambre en résidence étudiante et logement individuel sont hors de budget ou qu’on n’a simplement pas trouvé, nous sommes nombreux à nous tourner vers la colocation et même si ce n’est pas toujours « Friends » à la maison, il faut bien le dire quand on a trouvé une colocation de rêve, on a pas envie de la perdre mais ce n’est pas une raison pour renoncer à ses projets.

Stage, vacances scolaires et retour temporaire à la maison… une absence de courte durée qui se gère facilement et sans douleur pour le budget !

Pour beaucoup d’étudiants, et a fortiori avec des cycles d’études longs, boucler son budget est une pression constante et quand arrivent stage, vacances scolaires et autres jobs d’été et qu’on se retrouve obligé de laisser pour un à trois mois sa chambre, on regarde son compte en banque et on se dit que le stage ou le job d’été va signifier retour chez les parents pour limiter la casse et ne pas avoir à payer deux loyers… sauf que le stage ou le job d’été ne se trouve pas forcément à deux pas du foyer parental.

Avec les offres de sous-location, vous pouvez envisager facilement de laisser votre nid douillet aux bons soins de quelqu’un qui a besoin de résider dans votre ville pour quelques semaines en profitant des avantages de vivre « en local », vous ne perdez pas d’argent et vous pouvez trouver vous-même une sous-location comme hébergement de vacances ou de stage : votre compte en banque vous remercie et vous gardez votre place au chaud dans votre colocation sans avoir à déménager toutes vos affaires.

Année de césure ou road trip iniatique, quand la coupure s’annonce longue mais qu’on ne veut pas couper tous ses repères

Sur le modèle des pays scandinaves ou nord-américains, de plus en plus nombreux sont les étudiants qui souhaitent profiter du dispositif de l’année de césure, surtout depuis qu’il a été rendu plus facile avec une circulaire ministérielle en juillet 2015.

L’année de césure permet tous types de projets pour une durée de 6 à 12 mois : bénévolat actif pour une association humanitaire, travail à l’étranger pour améliorer significativement son niveau dans la langue et enrichir son parcours universitaire par une expérience professionnelle autre que des stages ou un road trip sous forme de voyage moto pour découvrir le monde autrement et faire le point sur son orientation professionnelle en plus de s’élargir l’horizon… tout est possible mais avec un prix.

Comme pour une absence de courte durée, la sous-location vous permettra de garder des repères, de vous éviter la galère d’une nouvelle recherche de logement à votre retour et de garder intact votre budget en n‘ayant pas à assumer un loyer « à vide«.

Maintenant, il ne vous reste plus qu’à contrôler votre bail et prévenir vos Co-locataires !

La colocation : une solution économique adaptée à tous

Il est souvent très onéreux de souscrire soi-même à la location d’un local par ses propres moyens. C’est notamment le cas qui se produit lorsque l’on se trouve loin de chez soi et que l’on doit être logé dans une autre localité pour de multiples raisons. Le plus courant, c’est à cause des études.

Il est de coutume en ce moment de faire cette souscription à 2 ou plusieurs. Effectivement, ce genre de pratique est tout à fait légal tant que le nombre de personnes est égal à la capacité d’accueil de l’infrastructure. De plus c’est un très bon moyen de faire des économies puisque le paiement du loyer se partage à parts égales en fonction du nombre d’occupants. Par exemple, si vous êtes 4 colocataires et que votre loyer se chiffre à 1000 euros, alors, vous aurez à payer 250 euros chacun par mois.

Où devrait-on entamer une colocation ?

Lors d’un cursus scolaire ou universitaire, un individu peut toujours être amené à poursuivre ses études hors de sa localité. Si vous avez une maison ou un appartement dans la commune ou la zone de destination, il vous sera possible d’y habiter à votre guise.

Cependant, certains n’ont pas toujours cette chance. Aussi, ils sont amenés à procéder à la location d’un appartement ou d’une maison pour bénéficier d’un toit durant leur séjour. Pourtant, le prix de l’immobilier est souvent hors de la portée de ces individus. Aussi, il est courant qu’ils procèdent à une colocation avec d’autres étudiants qui sont dans le même cas.

En résumé, si vous vous demandez donc : où entamer une colocation ? La réponse est : quand vous n’avez pas trop les moyens d’habiter gratuitement quelque part et que les frais de location sont trop chers pour vous. C’est ici qu’interviennent les agences de colocation qui proposent des locaux comme l’appartement colocation lille. Non seulement à Lille, mais partout en France, que ce soit dans les provinces ou de grandes agglomérations.
 

Choisir ses colocataires

 
Le choix du bon colocataire n’est pas toujours évident. En effet, le nombre de personnes de confiance selon votre conception de la vie communautaire peut être minime. Pourtant, il n’est pas impossible de trouver des individus qui peuvent s’adapter conformément à votre façon de vivre.
 
D’autant plus aussi que la vie en colocation peut tout à fait renforcer vos aptitudes de vie en communauté. Pourtant, il est toujours sage de choisir avec prudence vos futurs colocataires. Pour ce faire, choisissez des personnes de votre entourage comme vos amis ou votre famille. Par la suite, souscrivez ensemble à un contrat de colocation avec une agence de placement. Cependant, veillez toujours à choisir des personnes honnêtes envers vous pour éradiquer les éventuelles discordes.

Tout savoir sur le rendement de l’investissement immobilier

L’investissement immobilier compte parmi les meilleures solutions pour renflouer ses caisses et assurer sa retraite. Il permet en effet de se créer un patrimoine et d’obtenir des revenus complémentaires. L’investissement dans la pierre présente d’ailleurs un rendement à la fois intéressant et évolutif. En particulier la rentabilité locative qui peut aller jusqu’à 7%.

Investissement dans la pierre : source de rendement avantageux

L’investissement dans la pierre permet de profiter d’un rendement d’au moins 5%. En ces temps de crise, il représente ainsi un placement vraiment intéressant. D’autant plus que ce type d’investissement permet de profiter d’une mise de départ peu élevée et aucun souci de gestion. On distingue deux catégories d’investissement dans la pierre, permettant d’accéder à divers types d’immeubles (logements, commerces, bureaux voire logistique, hôtellerie, résidences services…), à savoir :

  • les placements cotés, tels que les SIIC et les OPCVM immobiliers
  • ainsi que les placements non cotés, comme les SCPI, les OPCI, et certains OPCVM immobiliers.

Tout savoir sur la rentabilité locative

L’investissement immobilier locatif est avantageux : il fait en effet partie des placements qui offrent la possibilité de se constituer un patrimoine financé à crédit : ce patrimoine est généralement financé à 75% par le locataire et se compose d’une économie d’impôt ainsi que d’un effort d’épargne pour les 25% restants. La rentabilité locative correspond aurendement annuel de l’investissement immobilier. On distingue la rentabilité locative brute et la rentabilité locative nette.

  • La rentabilité locative brute n’est qu’un aperçu de la rentabilité locative de l’investissement immobilier. Ce type de rentabilité ne prend effectivement pas en compte les frais de location, les charges et diverses taxes. Pour le calculer, il suffit de diviser les revenus annuels du bien immobilier (soit 12 x le loyer mensuel hors charges) par le prix d’acquisition (en incluant les frais de notaire et les frais d’agence).
  • La rentabilité locative nette permet d’avoir une idée plus précise du rendement de l’investissement immobilier, car elle prend en compte toutes les charges et les frais liés à l’exploitation du bien (taxe foncière…). Elle se calcule selon la formule suivante : 100 x (12 x Loyer mensuel) – (total des charges) ÷ Prix de revient.

Investir en Loi Pinel pour une meilleure rentabilité locative

  • Il existe plusieurs types d’investissement locatif tel que la Loi Pinel qui remplace la Loi Duflot depuis le 1er septembre 2014. La Loi Pinel est une réduction d’impôts de 12 à 21% sur un investissement immobilier locatif. Elle permet donc d’investir dans l’immobilier en bénéficiant d’une réduction d’impôts et de maximiser ainsi la valorisation de son patrimoine. Et pour s’assurer une meilleure rentabilité locative en Loi Pinel, l’astuce est de :
    • Comparer les loyers en loi Pinel avec les loyers réels
    • Bien choisir l’emplacement de son investissement locatif
    • Comparer les rentabilités locatives
    • Déterminer quand interviendra la remise d’impôt en loi Pinel
    • Bien choisir sa durée de mise en location

     

Comment vivre en coloc tout en préservant sa santé?

Vous avez trouvé un temps partiel ou job d’été dans une autre ville et vous préférez faire une colocation afin d’éviter un loyer trop coûteux ? Voici quelques petits conseils utiles.

#1 Pourquoi ne pas jouer à Top Chef ?
• Finies les soirées bars, pizzas, McDos !Sortez votre plus beau tablier et épatez vos amis ! Allez à la recherche des meilleurs produits locaux.
• Préparer vos plats en avance vous évitera de courir à la dernière minute dans un fastfood parce que vous avez trop faim et vous ne pouvez pas attendre que votre plat soit prêt.
• Privilégiez l’eau aux sodas !

#2 Si on redécouvrait le sport ?
Que ce soit durant un stage ou un premier emploi, vous pouvez trouver le temps de faire du sport : un petit jogging dans unparc près de chez vous, une petite séance de vélo, un abonnement dans une salle de sport,vous pouvez toujours trouver un sport qui vous correspond.
Si vous craignez de perdre la motivation des premiers jours, invitez vos coloc’ !

#3 Dormez !
Se coucher à 21H est synonyme de punition ? Vivre en colocation, c’est bien,mais dormir, c’est mieux ! Ce n’est pas parce que vos colocataires sortent tous les soirs que vous le devez aussi. Si votre corps est fatigué, écoutez-le !

#4 Et si on se remettait au Scrabble ?
Yahtzee, Cluedo, la Bonne Paye… Ça vous rappelle des souvenirs ? Délaissez les jeux vidéo ou les marathons télé pour un moment convivial qui stimulera votre esprit.

#5 Allez conquérir le monde!
Et si vous alliez explorer le voisinage ? Regardez sur internet les meilleurs restaurants du coin ou les principales activités, allez au cinéma, etc. Le monde est à vous, il suffit de le saisir !

Le régime du bail dans le cadre d’une colocation

La colocation permet de se partager les charges locatives. C’est en tout cas la solution que privilégient de nombreux étudiants. Il est même fréquent de voir des étudiants français habiter avec des colocataires étrangers. Ceux-là comprennent également qu’il n’est pas facile de s’en sortir, notamment quand on a un budget serré. Mais vivre en colocation, c’est en quelque sorte créer une petite communauté qui peut donner lieu à des conflits. On ne va pas se focaliser ici sur les différends personnels qui diviseraient les colocataires, mais sur la question financière et les rapports avec le bailleur. Car il faut dire les choses telles qu’elles sont : l’argent représente la limite de l’amitié.

Les rapports avec le bailleur

ImmoJusque-là, il n’y a pas de régime juridique clair et précis pour la colocation. Toutefois, le bailleur a une marge de manœuvre assez large, ce qui lui permet de prendre des précautions. Notamment, le bailleur inclut pratiquement toujours une clause de solidarité dans le contrat de bail. En vertu de cette clause, en cas de défaut de paiement des charges locatives, le bailleur pourra s’adresser à l’un ou l’autre des colocataires pour exiger qu’il paye l’intégralité du loyer ou de toute autre charge locative. Ledit colocataire pourra ensuite exiger des autres qu’ils le remboursent, en fonction de la part de loyer de chacun bien évidemment. Par ailleurs, quand les charges locatives dépassent le tiers des ressources des colocataires, la caution consentie par un tiers est souvent prévue dans le contrat de bail. Et elle est valable pendant toute la durée du bail (trois ans). En pratique, le tiers est généralement un proche qui paye les charges locatives en cas de défaut de paiement. Bien évidemment, il doit par la suite être remboursé par les colocataires. Passons enfin au dépôt de garantie. Il est versé en début de location et ne peut excéder deux mois de loyer. Il est rendu par le bailleur au plus tard deux mois après la restitution des clés, mais uniquement si le bail est arrivé à son terme. Sinon, le dépôt de garantie ne produit d’intérêts que si le bailleur ne respecte pas le délai légal de deux mois pour le rendre. Pour terminer, en tant que locataire, vous devrez régulièrement entretenir le local. Faute de quoi, le bailleur peut faire des retenues sur votre dépôt de garantie, sans avoir à déterminer lequel des colocataires a failli à ses obligations de réparations locatives.

Les rapports entre colocataires

Il est conseillé aux colocataires de souscrire ensemble un seul contrat d’assurance habitation. Mais si ce n’est pas le cas, au moins l’un des colocataires doit avoir une assurance habitation. Son contrat d’assurance devra mentionner clairement sa situation de colocation ainsi que l’identité de ses colocataires. Par ailleurs, l’assurance responsabilité civile est une obligation pour chacun des colocataires. Mais même si cette assurance est contractée individuellement, chacun contribue, en fonction du montant de sa quote-part de loyer, à la réparation des dommages causés par un sinistre (un incendie, par exemple). Par ailleurs, en cas de différend lié à un défaut de paiement d’un ou plusieurs colocataires, vous payerez leur quote-part de loyer (le bailleur l’exigera de toute façon). Puis, vous engagerez une action récursoire devant le TGI pour vous faire rembourser. Sinon, depuis longtemps, bien des colocataires jouent avec une faille juridique : la quasi-impossibilité pratique de prouver l’existence d’une sous-location. Alors au lieu de faire un achat d’appartement à Tarbes ou l’achat d’une maison en Hautes-Pyrénéespar exemple, un locataire pourrait décider de vivre en colocation, puis de se faire de l’argent sur le dos de son bailleur par la sous-location. S’il est difficile de prouver cette infraction, le bailleur pourra quand même refuser de renouveler le bail en cas de soupçon. Et aucune disposition légale n’oblige un bailleur à renouveler le contrat. La sous-location peut alors servir sur le moyen terme. Mais sur le long terme, cela peut devenir un jeu très dangereux.

Les dépenses énergétiques en colocation

Depuis la dernière décennie, la colocation est en hausse. Quel que soit l’âge ou le style de vie, cette façon de s’établir sera soit un choix de vie, soit une obligation par soucis d’économie. Faire des économies ce sera trouver un logement qui n’est pas énergivore. Pour bien gérer son budget énergie, il faut savoir cibler le logement idéal. Les dépenses énergétiques en colocation Si vous optez pour une maison d’un certain âge, vous pouvez faire appel à une entreprise d’isolation extérieure. Savoir dépenser en faisant quelques travaux est souvent une bonne solution. L’isolation extérieure est toujours possible. Les murs ont bien souvent une déperdition de chaleur d’au moins 25% (jusqu’à 40%). En faisant les travaux indispensables pour y remédier, vous arriverez bien vite à avoir une facture d’énergie qui sera intéressante. Cette méthode est d’autant plus appréciée qu’elle ouvre le droit à la déduction fiscale pour le propriétaire. Dans ce cas, avoir un logement sain donnera un confort au colocataire. Savoir rénover pour en faire un logement de qualité donnera aussi une valeur au bien. La maison sera saine et accueillante. L’isolation extérieure peut être aussi couplée avec un ravalement. L’isolation thermique par l’extérieur vous donnera d’excellent résultat. Il ne sert à rien de changer une chaudière défaillante ou d’y ajouter un poêle en chauffage d’appoint si l’air continue à s’en aller par les murs et le toit. Bien isoler c’est le point essentiel. Ensuite, en faisant un ravalement approprié avec des produits performants, vous aurez un logement de qualité. Que l’on soit colocataire ou propriétaire, c’est aussi le bon sens. Il faut savoir qu’une bonne isolation protégera du froid et du vent l’hiver mais aussi du soleil durant les périodes de chaleur. Il paraît difficile de trouver des colocataires si la maison est une passoire. Le poste énergie est essentiel. Dans un logement, l’isolation thermique c’est un point essentiel qui fait que votre logement sera facile où difficile à louer. Pour les colocataires, si c’est un choix pour leur trésorerie, ce sera aussi une cause de résiliation du bail si la facture d’énergie coûte plus chère que le loyer.

Le monde de la colocation

Vous recherchez une colocation ou un colocataire? Etant une mode de vie en plein essor, la colocation permet aux étudiants ou aux stagiaires de faire de la location en commun. Des guides de colocation en ligne permettent de trouver des informations, des actualités, des astuces sur la colocation en France, au Maroc, en Belgique ou tout simplement pour y déposer gratuitement des offres ou des demandes.

A titre d’exemple: pour vos recherches de colocation à Marseille, L’AUBERGE est l’agence pionnière de la colocation à Marseille. Le concept ? La colocation dans de grands appartements meublés et équipés, en centre-ville. Son objectif ? Rendre facile et accessible à tous la colocation grâce à ses baux individuels qui permettent aux colocataires d’être indépendants financièrement et juridiquement, tout en profitant des avantages de vivre en colocation !